La recherche médicale sur la Polyarthrite avance avec CAP48

Depuis 2012, CAP48, finance la recherche médicale en collaboration avec l’ULB, l’UCL et l’Ulg pour permettre aux médecins de mieux connaître les différents développements de cette maladie grave et ainsi mieux la soigner. 

Qu’est-ce que la Polyarthrite Rhumatoïde ?

La Polyarthrite est une inflammation simultanée de plusieurs articulations. Ne reconnaissant plus comme siennes ses propres cellules, le système immunitaire du malade se retourne contre l’organisme-hôte : le corps humain. 

Agissons ensemble avec CAP48

Dans le cas de la polyarthrite, la principale cible sont les articulations. L’inflammation chronique entraîne leur destruction, des douleurs chroniques et un handicap croissant au fur et à mesure du développement de la maladie. Mais l’inflammation ne se limite pas toujours aux articulations. En effet, dans certaines formes de polyarthrite, dans le lupus et la sclérodermie, des manifestations sévères peuvent toucher le rein, le poumon, le cœur et le système nerveux, pouvant mettre en jeu la vie même de la personne.

Un diagnostic précoce et une bonne prise en charge, deux facteurs essentiels pour la rémission

Certains nouveaux traitements permettent de ralentir et/ou de stopper la maladie, mais les défis restent importants. Les différences d’un patient à l’autre sont telles qu’elles rendent difficile une prise en charge uniforme de la Polyarthrite. Malheureusement, les traitements  actuels  ne tiennent pas compte de ces différences. La recherche manque effectivement de marqueurs objectifs, que tous les malades auraient en commun. 

Pour mieux connaître les différentes formes de la maladie, CAP48 a lancé en partenariat avec l’ULB, l’UCL et l’ULG, une étude à tra­vers 24 centres hospitaliers à laquelle participent 53 rhumatologues. 434 jeunes sont déjà inclus dans cette recherche médicale et bénéficient d’un suivi régulier et standardisé. Cela permet l’ajustement rapide et précis des traitements et l’amélioration de la compliance aux traitements proposés, ce qui améliore grandement leurs conditions de vie.

 

Agissons ensemble avec CAP48

5 ans après le début de la recherche, quels résultats sur le traitement de la Polyarthrite ?

Cinq ans après le début de l’étude, grâce au suivi des patients et à une recherche adéquate, on observe un taux de rémission qui atteint 40% après 6 mois de Polyarthrite et plus de 67% après 18 mois de maladie.

Si au moment du diagnostic 91% des patients présentent une activité sévère de la maladie, après 12 mois de traite­ment, 44 % des patients sont en rémis­sion et 20% ont une activité de la mala­die faible.

Quentin Heine

Tout faire pour sauvegarder son autonomie

Quentin souffre d’arthrite juvénile depuis qu’il a environ 5 mois, cela fait donc 13 ans. Il n’a jamais connu autre chose que des douleurs journalières, des traitements assez lourds, un manque de mobilité auxquels s’ajoute une vue très faible. Autant de handicaps qui ont rendu sa scolarité irrégulière. Quentin est à juste titre fort effrayé par les interventions médicales qui tentent de préserver les 20% de vue qui lui restent à gauche. La perte de son œil droit en 2010 a été très dure et ce qui lui reste est capital pour son autonomie.

Maureen

“Je me souviens que je rentrais de l’école en chaise roulante. Maintenant j’arrive à rentrer de l’école à pied”

Vous la reconnaissez ? Maureen est aujourd’hui une jeune fille… Grâce à la recherche médicale sur la polyarthrite, elle a pu abandonner sa chaise roulante. Pour que les progrès continuent, nous avons besoin de vous.